Le musulman, la paresse et la consommation

assalĂąmu ‘alaykum

réveillez vous

Source : Mooslym

N.B. : Ce rappel est bĂ©nĂ©fique et d’actualitĂ© ma sha Allah Cependant je mettrai juste des guillemets et une rĂ©serve concernant le paragraphe sur la sorcellerie car oui Ă  l’heure actuelle, bon nombre de maladies sont liĂ©es Ă  la sorcellerie malheureusement

Le musulman, la paresse et la consommation

Allah (Le TrĂšs-haut) dit : « ĂŽ vous les croyants ! Mangez des aliments sains et bien acquis que Nous vous avons offerts » (Sourate La Vache – Verset 172)

« Sois attentif Ă  tout ce qui t’es utile et demande l’aide d’Allah mais ne baisse pas les bras » et « … mangez des aliments sains et bien acquis. » nous oblige par exemple Ă  regarder de plus prĂšs ce que nous dĂ©posons dans nos assiettes, Ă  ce que nous faisons pour protĂ©ger et renforcer corps, mental et nature, Ă  ce que nous achetons, comment nous prenons soin de nos enfants et de nos familles et Ă  se demander si nous mangeons et vivons vraiment pour Allah.

Comment cela, faible et paresseux ?

La plupart du temps nous ne faisons pas le lien entre ce que nous mangeons, nos excĂšs et le fait que nous tirer du lit pour la priĂšre de la nuit (qayam el layl) ou de l’aube (subh) est aussi pĂ©nible que de dĂ©faire un nƓud mouillĂ© avec les mains attachĂ©es, le lien entre la concentration, la rĂ©gĂ©nĂ©ration, la mĂ©moire, la lourdeur, le stress, les mycoses, la migraine, le rhume, les mauvaises pensĂ©es et ce que nous ingurgitons et comment nous mangeons. Nous mettons cela, comme nous l’entendons si souvent sur le compte des autres ou de l’environnement, c’est que, « Ă©coute mon enfant, c’est le monde dans lequel nous vivons, nous n’avons pas le choix, maintenant fini ton roulĂ© de dĂ©chets de dinde, ta purĂ©e de flocons batata et ton verre de Kouka », nous disait papa.

D’autres ont un sens de l’humour si dĂ©veloppĂ© que la cause de tout leur maux est « si sĂ»r ! si li mouvaize Ɠil ! », les diables, la sorcellerie, le piment tunisien ou le gingembre africain et toute la panoplie de tendances en vente libre sur les forums du paisible fleuve « web el halal », des excuses qui mĂȘme si elles s’avĂšrent vraies, nous expatrie de la remise en question, (ah non ! trop fatiguant, je monte par l’escalator), pour mieux rester ces croyants, faibles et paresseux quand il s’agit d’exĂ©cuter le bien qu’Allah nous souhaite et rapides comme un coup de « twitt » quand il s’agit de dollars, ou que nous nous sentons coupables de cette absence totale de volontĂ©.

Enfin, nous sommes des pĂȘcheurs, c’est notre destin, et Allah (Le TrĂšs-haut) Est Doux, donc repentons-nous, dĂ©jĂ , de cette conscience, ce sera dĂ©jĂ  bien.

Pour soulever cette paresse, il n’est pas indispensable d’avoir la science infuse ou Ă©tudiĂ©e. Si nous appliquons un peu de bon sens, de l’honnĂȘtetĂ©, la recherche du savoir, lisons rĂ©guliĂšrement le Coran, que nous avons retenu quelques explications de nos savants Ă©minents, que nous cultivons un peu de curiositĂ© de l’homme, de l’animal et de la vie, nous serions profondĂ©ment saisis, sans tour de force par ce qu’Allah dit dans le verset 36 de la sourate Ya Sin et dans le conseil du dernier des ProphĂštes (paix et bĂ©nĂ©dictions sur lui).

Mais depuis le dĂ©clin de l’Empire Ottoman « contre-attaque plus », notre habitude est, malgrĂ© tout, d’attendre du profane qu’il nous informe par les nombreuses alertes presses qui pullulent ces derniers temps tels des criquets en rĂ©volution sur une plaine : « le bio c’est good ! » qu’on lit dans « chui BElle » ou « achetez local ! », « les dattes contre la crise cardiaque, l’alzheimer et la fin des haricots ! » crie-t-on sur les fils d’actu de la science agonisante, qui planche encore pour nous affirmer que « habba sawda » (graine de nigelle) c’est : miraculeux ! Que le miel au za3tar (thym) c’est : trop mieux sur les brĂ»lĂ©s ! Quoi ? Les fibres dans les fruits et les lĂ©gumes contre le cancer ?!

En abrĂ©gĂ©, de fausses dĂ©couvertes, des vĂ©ritĂ©s que nos arriĂšres grand-mĂšres de Jakarta au Niger appliquaient, un retour Ă  l’Ă©vidence, le naturel perdu de vue et enfin retrouvĂ©, l’ennemi numĂ©ro zĂ©ro de toute l’industrie alimentaire et cosmĂ©tique qui s’est rachetĂ©e une conscience, une mode et des Ă©tiquettes Nature et Bio par ici la monnaie !.

L’heure du bilan

Bon assez de morale, comme dit le ProphĂšte (paix et bĂ©nĂ©dictions sur lui), « demandons Ă  Allah, ne baissons pas les bras ». Nous nous aimons ? Ok, Ă©coutons-nous et faisons alors le bilan :

Connaissez-vous les fruits de saison, vous savez : les artichauts en octobre, les chĂątaignes en novembre les fraises au Chili ? Non ? Normal tout est toute l’annĂ©e chez Marrefour Barket. Quelle quantitĂ© de nourritures transformĂ©es et industrielles, fabriquĂ©es avec des ingrĂ©dients d’on ne sait oĂč qu’Allah lui-mĂȘme ne s’est pas autorisĂ© a crĂ©Ă© dans la nature, ingurgitez-vous par semaine ? Avez-vous dĂ©jĂ  Ă©teint votre portable plus d’un jour sans souffrir d’une crise panique du vide intĂ©rieur ? Combien de cosmĂ©tiques pseudo bio (le bio n’est pas conditionnĂ© dans du plastique au pĂ©trole, qui a traversĂ© la France Ă  coup de gasoil) enduisez-vous votre corps et celui de vos enfants tout au long des mois ? Prenez-vous le temps de profiter de votre famille, d’aller Ă  la mosquĂ©e 5 fois par jour Ă  pied d’y rester lire un peu du livre sacrĂ©, surtout si elle est loin ? d’aller Ă  la campagne faire des bisous Ă  votre cerveau, de rester allongĂ© plus d’une heure Ă  lire un livre sans bouger, ou votre association, votre travail, votre site web, vos enfants, les confĂ©rences des frĂšres YouTube sont-ils toute votre vie ?

Combien d’entre nous prennent le temps de faire une cuisine mijotĂ©e, avec sa femme, sa mĂšre ou sa sƓur ? Qui a dĂ©jĂ  fait plus de trois hijama en 12 mois ? Qui va de chez lui Ă  la boulangerie sans sa golf GTI ?! Qui fait de la gym le matin pour plaire Ă  Dieu et pas qu’Ă  son miroir ! mon beau miroir ! vazy, qui c’est le(a) plus bogoss ? (le mĂ©nage sans aspirateur en fait partie
)

La liste est longue de toutes ces « bonnes » mauvaises pratiques de l’hygiĂšne de vie qui n’ont plus rien Ă  voir avec l’hygiĂšne mais avec la population qui s’est entassĂ©e dans la ville, monstre diabolique, aujourd’hui affolĂ©e Ă  l’idĂ©e de la quitter. L’homme a abandonnĂ© la terre, les villages, les recettes naturelles, les rĂ©flexes de responsabilitĂ© que le musulman doit protĂ©ger.

Quel rapport avec l’adoration et la sounnah ?

Ok, je suis paresseux, et aprĂšs ? Manger halal, se soigner halal sont des obligations qui dĂ©passent l’abattage rituel d’un animal ou l’interdiction de certaines viandes et aliments. Il s’agit de faire du bien Ă  son corps tout en respectant la nature dont SA nature.

L’adoration c’est rester cohĂ©rent et clairvoyant sur ce qui protĂšge et fait avancer le musulman en accord avec les prĂ©ceptes de l’islam. N’oublions pas : « Sois attentif Ă  tout ce qui t’es utile… ».

Les maladies servent certes d’expiation, mais ce n’est pas Ă  nous de nous les imposer en laissant corps et nature Ă  l’abandon. Notre corps parle, souffre de ne pas recevoir sa part d’adoration. Il envoie au cerveau des rappels, sous peine de parler, le jour du jugement dernier, en notre dĂ©faveur :

Alors, quand ils y seront, leur ouĂŻe, leurs yeux et leurs peaux tĂ©moigneront contre eux de ce qu’ils Ɠuvraient. Ils diront Ă  leur peau : « Pourquoi avez-vous tĂ©moignĂ© contre nous ? » Elles diront : « C’est Allah qui nous a fait parler, Lui qui fait parler toute chose. C’est Lui qui vous a crĂ©Ă©s une premiĂšre fois et c’est vers Lui que vous serez retournĂ©s ». Vous ne pouvez-vous cacher au point que ni votre ouĂŻe, ni vos yeux et ni vos peaux ne puissent tĂ©moigner contre vous. Mais vous pensiez qu’Allah ne savait pas beaucoup de ce que vous faisiez. Et c’est cette pensĂ©e que vous avez eue de votre Seigneur, qui vous a ruinĂ©s, de sorte que vous ĂȘtes devenus du nombre des perdants. {Sourate 41 – Versets 20 Ă  23}

Écoutons-nous ? Pas Ă©vident. Nous n’avons rien vu venir, la paresse s’est insidieusement installĂ©e, nous avons tout banalisĂ©, et depuis elle domine et s’accentue. C’est ce qui explique sans doute pourquoi les musulmans ont perdu leur Ăąme combative, leur esprit curieux et crĂ©atifs si admirables et respectĂ©s de tous Ă  une certaine Ă©poque.

Alors oui, les moyens manquent pour acheter naturel, vivre naturel, faire du cheval, rouler dans l’herbe fraĂźche des collines tous les jours, de boire le lait Ă  mĂȘme le pis de chĂšvre tous les matins, se passer de cet excĂšs de technologie qui entretient la paresse et le manque de patience. Mais « demande Ă  ALLAH et ne baisse pas les bras », notre corps, la nature, les animaux sont une Amana, un dĂ©pĂŽt. Soyons plus valeureux, montrons les crocs !

« Mangez donc de ce qu’Allah vous a attribuĂ© de licite et de bon. Et soyez reconnaissants pour les bienfaits d’Allah, si c’est Lui que vous adorez. » (Sourate 16 – Verset 114)

Les bienfaits sont les fruits, les cultures, les animaux qu’Allah a mis Ă  notre disposition selon un ordre prĂ©Ă©tabli, les saisons, apprenons les a nos enfants. Ce respect de cette nature doit ĂȘtre appliquĂ© au pĂ©ril de sa vie (souvenez-vous de l’ordre du ProphĂšte de ne pas abimer les arbres lors de leur premiĂšre bataille contre les mĂ©crĂ©ants mecquois).

Le ProphĂšte (paix et bĂ©nĂ©dictions sur lui) a dit : « Craignez Allah vis-Ă -vis de ces bestiaux qui ne parlent pas, utilisez-les comme montures en prenant soin d’eux et mangez-les Ă©galement en prenant soin d’eux. »

Il (paix et bĂ©nĂ©dictions sur lui) avait aussi relatĂ© qu’une femme fut chĂątiĂ©e en enfer Ă  cause d’un chat qu’elle avait enfermĂ© jusqu’Ă  sa mort. Elle ne lui avait donnĂ© ni Ă  manger ni Ă  boire lorsqu’elle l’avait enfermĂ© et elle ne l’avait pas libĂ©rĂ© pour qu’il puisse se nourrir des bestioles de la Terre.

Pensez-vous que vos Ɠufs de poules des hangars enfermĂ©es par milliers, qui s’estropient entre elles, stressĂ©es par la tyrannie des lumiĂšres nĂ©ons encastrĂ©es au plafond et sans fenĂȘtre est diffĂ©rent ? Que les moutons et les poissons gavĂ©s dans leurs habitats artificiels que l’on nous sur de faux Ă©talages en polystyrĂšne de la boucherie sidi zitoune ou du marchĂ© de la citĂ© est diffĂ©rent ? Que d’alimenter les vaches et les bƓufs avec de l’avoine enrobĂ©e aux restes de leur parents Ă©loignĂ©s est diffĂ©rent ?

Le prophĂšte (paix et bĂ©nĂ©dictions sur lui) nous enseigne dans sa façon de vivre et que les compagnons tentaient dĂ©sespĂ©rĂ©ment d’imiter, que la vĂ©ritĂ© et le courage, que la sensibilitĂ© et la clairvoyance ne peuvent pas s’installer dans un corps et une hygiĂšne mentale nĂ©gligĂ©s parce que notre comportement nĂ©glige la crĂ©ation d’Allah.

La vĂ©ritĂ© ne peut ĂȘtre transmise dans un corps qui banalise les mĂ©faits de ne pas appliquer ce qui est important, car la vĂ©ritĂ©, qui vient Ă  tous mais qui repart, est un cadeau de ce respect des paroles d’Allah (Le TrĂšs-haut).

Changer : OUI, mais changer VRAIMENT …

Cela ne demande pas tant de chamboulement dans nos vies que cela : revoir ses prioritĂ©s, oser, foncer, puis s’adapter, entretenir un petit jardin ou redonner confiance aux producteurs locaux, trouver le courage de quitter Paname souvent, le bĂ©ton dĂ©finitivement et redonner le respect aux mĂ©tiers de la terre sans lesquels nous ne sommes rien, de mĂȘme que nous ne sommes rien quand Allah dĂ©cidera de couper le robinet du ciel.

Oui pas tant de chamboulements que cela, juste un peu moins de faiblesse, un peu moins de paresse, un peu plus de reconnaissance et surtout beaucoup d’amour. C’est pourtant un bonheur que de manger un repas sain, qui a bĂ©nĂ©ficiĂ© de notre patience, celui de le cuisiner, de le sentir mijoter, un bon pain fait maison, exempt de toute transformation et le jeĂ»ne rĂ©gulier feront de nous des battants, travailleurs et courageux.

« Chaque fois qu’un musulman sĂšme une graine ou plante un arbre il aura Ă  son actif comme aumĂŽne tout produit qui aura Ă©tĂ© mangĂ© de cette plante par un oiseau, un homme ou un quadrupĂšde. » (Al Boukhari)

Ces enseignements sont Ă©vidents et si certains nous semblent impossibles Ă  atteindre, Allah nous motive par ses paroles : « Y a-t-il d’autre rĂ©compense pour le bien que le bien lui-mĂȘme ? » {Sourate 55 – Verset 60}

VoilĂ , maintenant nous avons rĂ©uni tous les outils, commençons donc Ă  cultiver notre jardin ici-bas, celui qui nous mĂšnera incha Ăą Llah Ă  ceux de l’au-delĂ  


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s